PCIS 2021/2022 P40

De Projets Polytech'Lille
Aller à : navigation, rechercher
Logo de ECOF!TNESS

Le projet ÉCOF!TNESS est un projet collaboratif inter-spécialités (un P.C.I.S.) réunissant 8 étudiants de 3ème année de 5 spécialités différentes de Polytech Lille qui commença le jeudi 9 septembre 2021 et se termina le ... .


KLERVY ECRIT EN ROUGE COMME çA !!

[[1]]

Josias KOUMAN en Génie Civil,
Michel ONGOUNDOU en Mécanique,
Jules PERIER en Systèmes Embarqués,
Cécile PRIEUR en Informatiques et Statistiques,
Klervy PROVOST en Génie Biologique et Alimentaire,
Evan ROBERT en Génie Civil,
Ilyas TIOUASSIOUINE en Informatiques et Statistiques &
Antoine VERMESSE en Systèmes Embarqués

sont l'équipe 40 dont le but final est la réalisation du projet ÉCOF!TNESS.


ÉCOF!TNESS vise à grappiller des ressources énergétiques d'habitude perdues, celles disponibles lors de l'effort d'un sportif sur une machine d'entrainement.


Sommaire

Première partie : Définition du projet

Le projet ÉCOFiTNESS (nom-valise formé par la concaténation des mots "écologie", "économie" et "fitness") consiste en la création d'une entreprise éponyme qui offrirait à ses clients possédant un équipement de sport en intérieur une solution de récupération énergétique. Celle-ci prendrait la forme d'un produit qui serait greffable à l'équipement de sport en question et qui permettrait de transformer l'énergie mécanique produite par un sportif sur cette même installation en énergie électrique capable d'alimenter des appareils électriques.

Généralités

L'équipe 40, de la gauche vers la droite : Ilyas, Michel, Klervy, Cécile, Evan, Josias, Jules et Antoine

Titre du projet

Vas vite chez ÉCOF!TNESS !

Chez eux, pas de paresse :

ils recyclent ton énergie express !


Nom de l'équipe

L'équipe 40

Membres de l'équipe

  • KOUMAN Josias, GC
  • ONGOUNDOU Michel, MECA
  • PERIER, Jules, SE
  • PRIEUR, Cécile, IS
  • PROVOST, Klervy, GBA
  • ROBERT, Evan, GC
  • TIOUASSIOUINE, Ilyas, IS
  • VERMESSE, Antoine, SE







Description-résumé (20 lignes max)

ECOF!TNESS est un projet de production d'électricité dans les salles de sport.

L'utilisation de machines sportives se démocratisant de plus en plus, nous avons donc souhaité tirer avantage de ces nombreuses utilisations pour en faire une source d'énergie électrique. Nous avons imaginé un système de dynamo adaptable sur de nombreuses machines de sport qui participerait à l'alimentation en électricité des salles de sport.

Tout commence lorsque le sportif se met à utiliser une machine. Lors de son effort l'utilisateur génère des translations au niveau des poids associés à la machine, à ce niveau est rattaché un ensemble pignon-crémaillère qui est ainsi entrainé par le mouvement ce qui permet l'activation d'un système de dynamo.

Le principe est donc de convertir l'énergie biochimique transmisse par le sportif en énergie électrique. L'énergie accumulée sera stockée dans des batteries et servir à l'alimentation d'éléments de la salle en électricité.

Ce procédé serait adaptable sur toutes les machines où l'on soulève des poids indirectement, mais pourrait être aussi développé pour des vélos, des tapis de course ou des rameurs par exemple.

Logo de ECOF!TNESS

Organisation de l'équipe & Rédaction du concept

Répartition des rôles

Les membres de l'équipe 40 ont été répartis en 3 groupes selon leurs affinités et leurs capacités. C'est ici que vous les rencontrez !

  • Notre chef de projet : Klervy (qui vous surveille toujours d'un œil discret : elle est derrière vous en ce moment-même)
  • Notre merveilleuse et surprenante équipe technique, chargée de la conception et de la réalisation d'une maquette présentant notre projet : Antoine (notre schématiseur de talent), Evan & Josias (les frères génies civils)
  • Notre super équipe communication : Cécile (la future conceptrice de notre site : venez le découvrir ! C'est juste -> -> ici <- <-) & Jules (notre trouveur de slogans)
  • Notre équipe "gestion des ressources" qui doit gérer tout ce monde mais aussi nos sous : Ilyas (fait de jolis diaporamas de 60 diapo' qui ne fonctionnent pas) & Michel (qui ne cesse d'écumer les info' sur la concurrence)

Charte de travail

Notre charte de travail en équipe : Media:CHARTE_DE_TRAVAIL.pdf

Description détaillée

Trame directrice pour la conception du produit

Nous souhaitons offrir à nos clients un système qui permettrait d'alimenter en électricité une salle de sport en récupérant l'énergie mécanique produite par les sportifs qui viendraient s'y exercer de façon à grappiller des ressources énergétiques qui, sans notre action, se trouveraient dissipées, perdues sous forme de chaleur et donc rendues inutilisables. Notre projet s'inscrit donc dans un environnement de marché très particulier que nous avons défini comme le marché de l'"éco-fitness", terme de notre cru ayant donné son nom à notre entreprise, ECOF!TNESS, qui aspire à devenir un hégémon et un modèle dans ce domaine que nous espérons développer pour qu'il atteigne son plein potentiel dans les prochaines années.

Pour comprendre notre produit, il faut donc tout d'abord comprendre ce qu'est l"éco-fitness". Défini comme l'ensemble des activités économiques ayant pour but de fournir un service sportif en salle de façon écologique et économe, le marché de l'"éco-fitness" se trouve à la jonction entre les marchés du sport et de la responsabilité environnementale, tous deux en fort développement depuis au moins les 15 dernières années.

Limitations du projet et du produit

Une fois la trame posée, il nous a fallu définir le projet de façon plus précise en l'encadrant sérieusement au préalable. Pour ce faire, nous avons croisé de nombreuses études scientifiques tirées de sources respectées et fiables sur l'alimentation énergétique des machines de sport (voire Sources) à une recherche mercatique réalisée par nous-même que nous avons voulue la plus exigeante possible. Celle-ci aura analysé ce qui se fait sur le marché du sport de salle depuis les 25 dernières années et aura essayé d'anticiper ce qui se fera dans les années à venir.

Considération technique n°1 : l'échelle

Carte du monde représentant les différents réseaux électriques synchrones. La zone synchrone d'Europe continentale dans laquelle la partie continentale de l'Europe française est intégrée est la plus puissante sur Terre.

Le choix de l'écofitness pousse notre entreprise, ECOF!TNESS, à produire un cahier des charges ayant le recyclage de l'énergie au centre de ses priorités. Notre cahier des charges est donc beaucoup plus strict que ce qui se voit généralement chez les autres fournisseurs de fitness car, lorsqu'on veut recycler de l'énergie, il faut prendre préalablement en compte bien plus de facteurs.

Un des facteurs qui nous est apparu évident dès la formulation de notre projet tenait à la petitesse et à la nouveauté de notre entreprise mais surtout à la nature-même du transfert de l'énergie. Ce facteur, c'est celui de la localité de notre produit et de notre service. En effet, lorsque des particules portant une charge électrique se déplacent dans un milieu comme celui d'un câble, elles forment un courant électrique. Celui-ci peut être freiné par les interactions spontanées qui se créent entre les particules porteuses de charge et les atomes constitutifs du câble qui, eux, ne portent pas de charge. Le frein du courant électrique par ces interactions atomiques ou particulaires produit de la chaleur. Ce mécanisme de frein et de conversion de l'énergie électrique en chaleur, appelé "effet Joule" dans la littérature, signifie que l'exportation de l'énergie électrique amène nécessairement à une conversion d'une portion de celle-ci en chaleur et donc à ce ce qui se traduit énergétiquement par des pertes. Ainsi, il existe une proportionnalité entre les distances parcourues par l'énergie électrique et les pertes naturelles de cette même énergie électrique, ce qui nous pousse à des considérations dites "d'échelles". Expliquons.

Sur de longues distances, l'exportation de l'énergie se révèle problématique car au plus les distances parcourues s'agrandissent, au plus une portion importante de l'énergie de départ est gaspillée, dissipée sous forme de chaleur. L'approche principale du projet visant le grappillage des ressources et non pas leur gaspillage, nous avons donc dès le début favorisé une approche locale à la distribution de l'énergie pour minimiser les pertes, une approche qui serait à la fois économe et autonome, c'est à dire, étymologiquement, "limitée à sa propre maison". L'échelle du transfert énergétique a donc été définie comme devant être la plus petite possible pour éviter toute forme de perte. Cette échelle minimale, c'est la salle de sport où se produit l'effort du sportif. Si l'énergie électrique est récupérée quasiment au même endroit que là où l'énergie mécanique est convertie et produite alors nous aurons minimisé de façon simple et pratique les pertes.

Nous nous sommes donc demandé dans quelles mesures une salle de sport récupérant l'énergie de l'effort des sportifs pouvait être elle-même alimentée par cet effort. Pour répondre à cette interrogation, nous avons dû croiser de nombreuses études scientifiques suffisamment détaillées et précises sur l'alimentation des machines de sport à une recherche de notre part tout aussi poussée de ce qui se fait sur le marché du sport de salle depuis les 25 dernières années anticipant ce qui se fera dans les années à venir.

Considération technique n°2 : étude de la concurrence, le cas de The Green Microgym

The Green Microgym (and our products and services) is not the solution to the world energy crisis.
It’s simply a much better way to exercise.

« The Green Microgym (nos produits, nos services), ce n'est pas la solution à la crise mondiale de l'énergie. C'est tout simplement une bien meilleure façon de faire de l'exercice. »

The Green Microgym, présentation de l'entreprise sur leur site internet

It's Not About Fitness Models It's About Role Models

It makes sense. You don’t need a ton of energy-sucking machines to get a good workout. We are machines. You power your workout. The energy bar you just ate powers the ceiling fan for the next three hours. Another person’s morning scramble is doing its part to keep the lights on. Every revolution is churning pure electricity back to the building. Calories are converted into precious watts. You power your gym. Friends and neighbors, sweating it out together, all in the name of feeling good, about themselves, about their community, about their gym and about the World.

Considération mercatique n°1 : une vue générale du marché des salles d'entrainement physique

Hors pandémie de maladie à coronavirus, le secteur économique d'échange de services de salles disposant de matériel d'entrainement physique, appelées plus couramment "salles de fitness", se porte bien et représente un investissement sûr pour les 15 prochaines années au moins.

En Europe, sur l'année 2019, le secteur a engrangé des bénéfices en total d'environ 27,2 milliards d'euro et, malgré la pandémie et les mesures de confinement ayant affecté le continent, il a au cours de l'année 2020 réussi à augmenter son chiffre d'affaire de 1 milliard d'euro pour atteindre à la fin de l'année 28,2 milliards d'euro de bénéfices. La consommation de services de fitness a été marquée sur les 15 dernières années par une croissance positive et surtout importante et bien répartie au niveau mondial. Cette croissance, caractérisée par une multiplication des salles de sport dans le monde, est principalement soutenue par une augmentation du nombre de "licenciés", c'est à dire de clients payant le gérant d'une salle de sport (notre consommateur principal) pour le service qu'il offre : l'accès à divers équipements sportifs.

Le nombre en Europe de licenciés dans une salle de fitness s'élève en 2020 d'après les rapports des organismes concernés à environ 65 millions de personnes, soit environ la population de l'Europe française.

L'augmentation du nombre total de licenciés ne semble pas encore terminée, voire même tend à s’accélérer au fil des ans suivant la multiplication des salles de sport. Avec une augmentation en Europe du nombre de licenciés de +3,5% entre les années 2018 et 2019 puis de +3,8% entre les années 2019 et 2020 malgré un contexte économique défavorable, on voit très clairement se dessiner un marché en expansion. Poussée par cette expansion du marché, on assiste en ce moment en Europe à une explosion de l'offre de salles de fitness ayant pour conséquences une diminution des coûts de l'abonnement pour le consommateur qui passent en moyenne de 38,6€ par mois en 2019 à 38,4€ par mois en 2020 sous les effets de la concurrence que les salles entretiennent entre elles sous la forme de discomptes.

Un enjeu principal pour les salles est donc de fidéliser les clients. Depuis la fin de la crise de la dette dans la zone euro en 2013, on a pu remarquer une certaine volageté du ceux-ci qui s'explique en partie par leur jeune âge en moyenne mais aussi par la capacité à choisir et à changer de salle vers un concurrent plus avantageux. L'introduction du numérique dans le service semble aussi avoir renforcé cette volageté. En effet, la numérisation a réduit la proximité entre le client et le gérant ce qui entraine un moins grand attachement à l'endroit et aux personnes côtoyées et donc une moindre fidélité.

Considération mercatique n°2 : sociologie du fitness

Cette augmentation des inscriptions en salle de sport semble répondre chez les populations urbaines vivant dans des pays développés ou en voie de développement à un besoin croissant de validation physique et de bien-être. Cette recherche s'inscrit dans ce que nous avons appelé l"orthosomatisme", la "croyance dans le bien-fondé de la rectification du corps lorsque celle-ci vise à le faire correspondre à une norme" (le mot est formé des affixes grecs ortho- "droit, bien normé", -somato- "corps" et -isme "idéologie croyant en la validité de" : l'orthosomatisme est donc mot à mot l"idéologie croyant en la validité d'un corps qui satisfait une norme").

Si la croissance du secteur de services de sport ne semble pas prête de s'arrêter même après avoir connu des années difficiles dues à la pandémie de COVID-19, il est néanmoins hardu de dire si cette croissance soutenue par cette augmentation des licenciés est durable ou si elle ne constitue pas uniquement une mode étendue de consommation qui serait favorisée par une orthosomatisation des individus ou des sociétés. Une fragilité du modèle de fitness qui affecterait l'extension de celui-ci au plus grand nombre se trouverait donc dans la fragilité-même de l'extension de la norme du corps que le modèle veut faire valoir aux individus. La question de la permanence de la norme au sein de la société devient donc dans une certaine mesure celle de la permanence de l'image de la marque.

Miser de façon trop sérieuse sur un physique idéal, fruit du fitness, peut s'avérer dangereux car il pourrait associer la marque et son nom à un type spécifique d'individus ou de produits et donc réduire la marge de manœuvre et d'adaptation de l'entreprise (par exemple, la marque Bic s'était lancée en 1988 dans la commercialisation d'un parfum mais n'a pu écouler ses stocks car le nom de la marque était associé dans l'imaginaire collectif à des stylo' jetables de bas prix et donc transparaissait avec la nature du produit, le parfum étant un modèle-typique de produit de consommation de luxe). Rappelons que le rapport Eurobaromètre mandaté pour l'année 2010 par la Commission Européenne sur le sport et l'activité physique régulière avait indiqué que, sur une année, plus d'un tiers des interrogés à l'échelle européenne disaient n'avoir pratiqué aucun sport ou exercice physique (34% de la population de l'UE), les rapports consécutifs sur la question indiquant depuis au moins 2006 une diminution de l'activité physique chez les jeunes. On voit à travers ces chiffres qu'une grande partie de la population de l'UE vit en dehors du cadre sportif et donc qu'il sera encore plus difficile d'attirer ce genre de personnes vers le fitness. Deux choix de commercialisation s'offrent donc aux salles : soit essayer de capter malgré les difficultés que cela pose cette importante clientèle qui vit hors du sport grâce à de la promotion publicitaire ou soit essayer se contenter de celle qui pratique déjà des activités physiques au risque d'avoir à faire à une plus importante concurrence.

Il nous a donc fallu nous positionner sur la question. (Nous présenterons notre approche plus en avant dans la section "Conclusions mercatiques" mais nous pouvons déjà expliquer ici un nœud du problème.) Le choix le plus sensé pour une jeune entreprise étant celui qui réduit la concurrence mais minimise aussi les coûts, nous nous trouvions dans une impasse car la première solution aurait nécessité un investissement important dans la communication sans garanties certaines d'écoulement du produit tandis que la seconde aurait forcé dès le début l'entreprise dans une position défavorable d'entrée sur un marché déjà distribué. Ce point a révélé que nous devions affiner notre stratégie avant d'entrer sur le marché, le but étant de trouver un segment à la fois sûr en gains mais aussi peu exploité par d'autres entreprises. Nous devions donc innover et nous positionner sur un secteur socialement attractif mais économiquement délaissé par les entreprises. Pour ce faire, il fallait comprendre encore mieux le fonctionnement du marché et principalement le comportement du consommateur.

Considération mercatique n°3 : anthropologie du fitness en Europe, étude de cas de consommations culturalisées

On notera de plus qu'il semble exister des schémas de consommation de services de fitness différents selon les pays et que même entre des pays ayant pourtant de niveaux de développement proches voire très similaires des différences persistent. Cette constatation pourrait indiquer des tendances culturelles dans la consommation de fitness et pourrait nous renseigner sur des divergences futures selon des critères géographiques entre les modes de consommation du fitness.

Le cas protestant

Ainsi, il semble que les habitants des pays de l'OCDE à majorités anglophones, les États-Unis en tête, sont les plus gros consommateurs de services de fitness suivis de près par les habitants des autres pays de langues germaniques à traditions protestantes. Cette observation est relativement peu surprenante. En effet, dès Calvin, s'est développée parmi les mouvements protestants une insistance sur la valeur du travail, celle-ci continue encore d'imprégner les sociétés protestantes. La valorisation du travail et donc de l'effort sous toute ses formes semble donc mieux acceptée dans les pays germaniques qu'ailleurs car le travail y est dit gage de bonne santé et de bien-être. Dans ces sociétés, il est ainsi facile de dresser pour les vendeurs de fitness un parallèle fort entre leur produit et l'éthique prégnante d'un travail et d'un effort qui récompenseraient, ce qui pousse justement à la consommation.

Sans grand étonnement, on notera que la plus grande entreprise européenne spécialisée dans les services de salles de fitness, Basic-Fit, est néerlandaise. Fondée en 2004, à Hoofddorp, en Hollande Septentrionale, cette compagnie a su profiter du boom du fitness en Europe pour se positionner en tant que championne du domaine. Sa position géographique stratégique dans un pays à l'éthique favorable plus perméable aux arguments de ventes a constitué un avantage pour celle-ci.

De la même façon et sans surprise aucune, plus de la moitié au moins du marché européen du fitness est dominé par des pays germaniques à traditions protestantes, l'Allemagne et le Royaume-Uni représentant respectivement chacun 20% du marché européen, les Pays-Bas 5% et les pays Scandinaves (Suède, Norvège) aussi 5%. Le point est intéressant car les pays germaniques hors Allemagne et Royaume-Uni sont relativement petits en terme de nombre d'habitants. Si l'on creuse statistiquement pour comprendre le phénomène, on découvre que si certes la population des pays germaniques est moins nombreuse la part de licenciés dans la population est bien supérieure à celle des autres pays européens. Le nombre de licenciés d'une salle de fitness se situe en effet dans ces pays à des niveaux records entre 15% et 25% de la population totale (15% pour l'Allemagne, 16% pour le Royaume-Uni, 18% pour les Pays-Bas, 22% pour la Suède et la Norvège), là où pour des pays comme la France et l'Italie, le nombre de licenciés n'avoisine que les 10% de la population.

En terme de fitness et à populations égales, le Royaume-Uni devance ainsi la France en terme de parts de marché de 11% du total : 20% pour le RU contre 9% pour la France.

Le cas catholique

De manière générale, il existe une pénétration moins importante du fitness chez les populations des pays à majorité catholique. Dans ces pays, la pénétration du fitness dans la population totale tourne plutôt entre 5 et 15%. Du fait de leur position centrale dans cette catégorie et de leur population importante, des pays comme la France ou l'Italie peuvent être considérés comme des archétypes de pays à majorité catholique ou du moins à fortes traditions morales catholiques, abrégés PàTMC dans la suite.

Certains attribuent aux températures plus clémentes de ces pays par rapport à leurs voisins plus au nord la moindre pénétration du fitness mais une telle conclusion est douteuse, car s'il est vrai que de plus froides températures poussent plus les gens en intérieur, les rapprochant donc des salles de sport, il est tout aussi vrai qu'il existe des disparités importantes entre les PàTMC en terme de pénétration du fitness. Il faut donc rétorquer que l'analyse climatique est très hâtive et ne tient pas la route. En effet, la population espagnole, bien que vivant dans un pays plus chaud en moyenne, est plus adepte de fitness que les populations polonaise ou irlandaise vivant pourtant dans des pays tout aussi froids que certains pays germaniques (approximativement 14% des Espagnols sont licenciés contre 12% des Irlandais et 6% des Polonais). Ici, l'argument religieux d'une éthique catholique semble moralement moins tenir que chez les protestants car il n'existe pas, à notre connaissance, de véritables points d'emphase sur lequel l'adhésion aux valeurs morales de cette religion pourrait amener les populations au fitness ou au rejet de celui-ci.

Il semble que dans des pays comme la France ou l'Italie, l'argument principal employé par le vendeur de fitness pour convaincre l'utilisateur n'est pas celui du bien-fondé du travail fourni mais celui du bien-être offert par le service. Les populations des PàTMC semblent en général assez sceptiques du "no pain, no gain" anglo-saxon (littéralement : "sans douleur, vous ne profiterez pas") et préfèrent voir leur adhésion à une salle de sport plus comme un moyen de satisfaire un confort individuel qu'une position sociale. L'éthique qui pousse vers le fitness y relève donc plus en comparaison d'une volonté de toucher ou d'émuler une certaine forme d'hygiène de vie. C'est donc un mouvement plus personnel et individuel qui amène le consommateur moyen au fitness dans ce genre de pays, là où ailleurs on trouverait une plus grande insistances sur la collectivité et le mouvement général. Ceci explique pourquoi la demande pour des séances privées de groupes entre amis ou membres de la famille, pourtant un des grands segments de consommation de fitness dans les pays protestants, semble totalement absente chez les PàTMC d'Europe occidentale (cette vidéo-réclame de Basic-Fit datant de février 2015 venue tout droit des des Pays-Bas et assez humoristique illustre assez bien l'importance que le concept des séances privées en groupe peut avoir dans d'autres pays).

Considération mercatique n°4 : anthropologie du fitness en Europe, la stratégie de communication Basic-Fit en France et aux Pays-Bas

Les stratégies de commercialisation du service de fitness sont donc extrêmement divergentes entre les PàTMC et les pays germaniques même au sein d'un même marché comme le marché unique européen. En témoignent les différentes réclames publicitaires d'une même marque selon qu'elles s'adressent à un public d'un PàTMC comme la France ou d'un pays où l'éthique du travail est intégrée socialement type un pays néerlandophone. Nous avons pu comparer ces réclames et nous avons conclu qu'elles satisfaisaient notre analyse.

Un exemple flagrant de ce point peut se trouver dans la comparaison des sous-titres attribués à la campagne publicitaire de Basic-Fit en France datant de l'année 2018 avec ceux de la campagne promotionnelle de 2019 aux Pays-Bas. Alors que la version française clame « Basic-Fit : Ouvert à tous », les sous-titres de la version néerlandaise sont beaucoup plus directifs : « Basic-Fit : Go for it! » (en français, « Basic-Fit : Allez-y ! »).

Les différences entre les pub' télévisées transparaissent encore plus. Alors que la version française semble vouloir attirer des personnes diverses aux profils peut-être atypiques vers le fitness en leur montrant qu'elles sont les maîtres de leur propre consommation et qu'elle peuvent choisir comme elle l'entendent quand elles veulent consommer et l'effort qu'elles veulent fournir, la version des Pays-Bas promet à ceux qui veulent des abdo' en béton des résultats exceptionnels. Même si un volet inclusion & diversité est présenté dans la parenthèse publicitaire batave avec une femme mince, un homme trop musclé et un homme âgé, ce volet ne se base pas sur le consentement des individus comme le fait la réclame française mais sur l'orthosomatisation de leur corps par l'injonction : « Tu te dis que tu es trop mince, musclé, âgé pour venir à Basic-Fit ?! Laisse-nous en juger ! », comme si c'était à la société de juger du corps de la personne et de valider son ressenti sur elle-même.

Considération mercatique n°5 : comment vendre en France ?

[2]

[3] [4]


[ On sait que le système de santé français est réputé être trop centré sur les soins et pas assez sur la santé au sens large, telle que définie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

“Le pays a besoin d’une véritable politique de santé publique” : cette affirmation est répétée depuis des années par différents acteurs (professionnels, financeurs, pouvoirs publics, chercheurs, etc.). Néanmoins les professionnels de santé restent principalement mobilisés sur les soins curatifs, comme une enquête récente du Commonwealth Fund l’illustre. Menée auprès de citoyens de 11 pays, elle montre que c’est en France que les patients entendent le moins souvent parler d’alimentation et d’activité physique lors des consultations avec leur médecin traitant. Pourtant, il a un rôle indéniable à jouer en prévention et en éducation à la santé ! ]

Malgré ce constat, on remarquera une croissance plus forte des entreprises

L'étude de marché nous a amené tout d'abord à chercher d'éventuels concurrents proposant un service identique, similaire ou aux finalités proches de celles de notre entreprise.

Une fois les principaux concurrents trouvés, il a été nécessaire de comprendre les raisons de leurs succès ainsi que les raisons de leurs échecs. Ainsi, nous avons dès le début pu identifier des leviers dont la gestion sera capitale pour prévoir la croissance et la potentialité de notre entreprise. Ces leviers concernent tout d'abord, bien-sûr, la qualité et du service et du produit proposé par l'entreprise mais touchent aussi à la gestion et au fonctionnement de l'entreprise ainsi qu'à – et ça peut être surprenant – la nature-même du client.

Découvrons et analysons les leviers de l'écofitness ensemble au travers d'exemples.

L'étude du marché

Depuis, 15 ans, le marché du fitness en Europe l'exportation de notre produit sur de longues distances par exemple extra-européennes ou extra-françaises aurait ajouté des coûts

Considération mercatique n°2 : le client

Le succès de notre entreprise va dépendre de la satisfaction du client mais aussi dès le début de notre capacité à dominer le marché.

Considération mercatique n°3 : la concurrence

Nous avons identifié divers concurrents qui fonctionnaient au départ sur des modèles très proches au nôtre. Comprendre leurs succès et leurs échecs nous a permis d'affiner notre modèle économique ainsi que notre produit.

Deux concurrents qui fonctionnaient sur un modèle similaire ont fait faillite (California Fitness Hong Kong du fait de soucis financiers en 2016 avec la fermeture des salles et Green System avec la revente de ses deux clubs Green Microgym à des particuliers)

SportsArt est une entreprise de vente de matériel sportif écolo à des particuliers. Leurs produits sont conçus pour durer et la garantie est la meilleure de l'industrie.Ils fabriquent des produits spécifiquement pour ceux qui sont en voie de guérison.

Logo de la salle Green Microgym de Belmont
Logo de SportsArt
  • Modèle économique
  • Moyens humains et matériels à réunir pour démarrer

Conclusions après considérations

Nous avons conclu, au vu de la thématique de l'année "grappiller des ressources", que la conversion de l'énergie mécanique du sportif en énergie électrique puis sa distribution devaient se faire localement. L'énergie devra être stockée directement à l'endroit de sa production de façon à limiter les pertes (une approche autonome et économe).

L'analyse économique de la croissance du marché nous a assuré de l'existence de clients potentiels ainsi que de la sûreté de l'investissement dans ce marché précis. Elle nous ensuite amené à identifier un point de tension sur lequel notre client principal, une salle de sport, voudrait agir pour maximiser ses bénéfices. Ce point tient au fait d'une concurrence de plus en plus forte dans le secteur du fitness entre les salles de sport. Il s'agit de la fidélisation et de l'attraction du client.

L'étude de la société et de la consommation du fitness dans celle-ci nous a permis d'identifier trois stratégies sur lesquelles nos clients principaux, les salles de sport, misent pour essayer de maximiser leur chiffre d'affaire face à ce besoin :

1. essayer de s'adapter de façon souple à la norme du moment en terme de physique pour à la fois ne pas perdre de licenciés et pour éviter de rendre sa marque peu attractive et donc moribonde

2. essayer de capter des clients potentiels qui sont éloignés du fitness comme par exemple des personnes ne pratiquant pas d'activités physiques à l'année

3. se positionner sur le marché face à ses concurrents de façon solide en promettant une meilleure offre pour le consommateur

Positionnement par rapport à deux concurrents

  • Analyse du premier concurrent
  • Analyse du second concurrent
  • Notre différenciation

Scénario d'usage du produit ou du concept envisagé

  • Description de l'utilisateur type


Particulier : Personne sportive possédant une ou plusieurs des machines ciblées. L'utilisation peut aussi bien être quotidienne que de façon plus occasionnelle. Dans ce cas le système alimentera une batterie à laquelle l'utilisateur pourra brancher l'appareil qu'il souhaite.

Gérant d'une entreprise : Typiquement le gérant d'une salle de sport déjà assez diversifiée car les coûts pourraient dépasser les gains (la diversification de l'activité économique permettra d'amortir les coûts de l'installation du système et de son utilisation, nous avons en effet des exemples d'entreprises peu diversifiées qui fonctionnaient sur un modèle mono-économique "écolo" qui ont fait faillite du fait de leurs activités qui étaient trop peu ouvertes)


  • Scénario d'utilisation du produit

Profil-type du client :

  • Le gérant d'une entreprise :

Typiquement le gérant d'une salle de sport déjà assez diversifiée car les coûts pourraient dépasser les gains (la diversification de l'activité économique permettra d'amortir les coûts de l'installation du système et de son utilisation, nous avons en effet des exemples d'entreprises peu diversifiées qui fonctionnaient sur un modèle mono-économique "écolo" qui ont fait faillite du fait de leurs activités qui étaient trop peu ouvertes)

  • Un particulier :

Surtout une personne de base sportive possédant une ou plusieurs des machines ciblées (de haut-niveau ou de bas-niveau) mais le produit peut être utilisé de façon occasionnelle par une personne souhaitant recharger un autre objet.

Pourquoi quelqu'un utiliserait notre produit ?

  • Pourquoi une entreprise ?

Le choix de notre produit pourrait renforcer l'image de marque de l'entreprise et peut même attirer des clients désireux d'un modèle sportif "écologique". Notre produit est donc une plus-value pour toutes les entreprises.

  • Pourquoi un particulier ?

Le but premier est de recharger un autre objet électrique Mais le produit peut être utilisé de façon régulière pour faire du sport et ainsi pour renforcer la motivation à travailler en même temps que le bien-être de la personne. Une personne peut aussi être amenée à utiliser le produit dans le but de se tester, de déterminer combien d'énergie elle peut produire

Analyse du projet

Réponse à la question difficile

  • Question : ... ?
  • Réponse :


Faiblesses :

Un gros problème au niveau du rendement à gérer : Nous ne sommes pas assurés de la sécurité de l'investissement, le rendement économique pourrait être négatif Rendement énergétique - le transfert d'énergie du type {biomasse consommée par le sportif [énergie biochimique] -> effort musculaire [énergie cinétique] -> électricité produite par l'appareil [énergie électrique]} est inefficace car il comprend deux étapes de transfert qui font perdre de l'énergie sous forme de chaleur Réponse Loin d'être une faiblesse, le transfert énergétique rentre bien dans le cadre du grapillage d'énergie, le but premier est en effet de convertir l'énergie produite lors du sport en énergie électrique, la récupérer. Et, qu’on la récupère ou non, le sportif consommera la même biomasse et produira le même effort musculaire qu’il y est où non un système le dynamo. Ainsi, on diminue la perte énergétique en convertissant une partie de l’énergie biochimique initiale en énergie électrique. Ce qui signifie qu’on ne fera pas de sport dans le but de produire de l’énergie mais qu’on profitera des efforts sportifs pour récupérer de l’énergie électrique. Il ne faut pas espérer pouvoir faire fonctionner un système de réseau électrique complet grâce à l'usage unique du produit

L'usage d'une seconde batterie lors du démarrage

Durée de vie du produit Durée de l'effort fourni par le consommateur

Manque de diversité dans les disciplines sportives proposées (seulement les activités de traction) . Des attentes des salaries trop souvent negligées c'est a dire qu'il a un décalage souvent important entre les besoins sportifs des salaries et les démarches engagées persistent. D'où nous ferons face a un déséquilibre entre l'offre et la demande. le multisport est mis a l'honneur par les collaborateurs qui semblent privilégier la voie de la diversité et se laisse séduire par des offres personalisées par exemple des offres de sport qui permettent d'accéder a de nombreuses activité sportives ou salles de sport, de cours de sport dans les locaux de son entreprise, une initiation a des sports méconnus, une offre de coaching individuel ou collectif,..

Point fort :

Prendre soin de choisir une zone non-saturée par des concurrents (type : Europe, France)

Proximité avec les clients et l'environnement de travail

Choix du POC

Nous souhaitons réaliser une modélisation en 3D de notre produit transformant l'énergie mécanique humaine en énergie électrique ainsi qu'une maquette réduite de celui-ci.

Préparation du POC

Schéma préalable du produit

Pour ce faire il nous faudra : Parties sur le schéma :

  • des petit poids
  • des colliers de serrage afin de maintenir un tuyau entre les barres de notre produit et de l'équipement sportif de façon à transférer le mouvement de translation de l'équipement à notre produit
  • (Josias appelle ça une tige) un tuyau
  • un système bielle-manivelle
  • un roulement
  • un bâti en bois ou en pvc pour soutenir la maquette
  • un réducteur (train épicycloïdal)
  • un moteur à courant continu (la dynamo)

Partie hors schéma pour recharger la batterie

  • un contrôleur
  • une batterie de 12V (standard)

Partie hors schéma pour connecter les appareils à la batterie

  • un convertisseur
  • un disjoncteur
  • des prises, ...

Remplir au plus tard pour le 14 septembre pour que l'école fasse les achats.

les matériaux et pièces dont vous souhaitez disposer le 27 septembre :

pour les matériaux : les références sur les sites https://www.leroymerlin.fr/ ou https://www.michaud-chailly.fr/

pour tout autre besoin, soyez très précis.

Fonctionnement du POC

Notre système consiste à convertir l'énergie mécanique en énergie électrique grâce à une Dynamo.

Principe: Dans une salle de sport, sur une machine de musculation et/ou un vélo, nous allons connecter un système de bielle manivelle (transformation du mouvement de translation en rotation) qui sera entraîné par le mouvement de ceux-ci. La dynamo étant fixée à la manivelle se mettra à fonctionner puis créera de l'électricité ( Principe de fonctionnement de la dynamo: conversion de l'énergie cinétique en électrique ) . Cette énergie sera stockée dans une batterie de 12V . Connectons maintenant à la batterie un convertisseur de tension sans oublier nos fusibles ( pour la sécurité); Ceci nous permet de recueillir à la sortie une tension de 230V et un courant alternatif . On installe ensuite un DPN adéquat avant d'envoyer cette énergie au niveau des prises.

Vous pouvez maintenant brancher vos appareils.

Seconde partie : Réalisations

Dossier technique de la preuve de concept

Compte-rendu de la réalisation du POC

Résultats et Bilan

Notre vidéo

Business Model Canvas

Plan de financement Démarrage (description) Démarrage (montants)
Investissements corporels
  • installation (aménagements)
  • mobilier et matériel

Prix réel du produit:

moteur à courant continu (Dynamo) (25€<x<600€)
réducteur (train épicycloïdal)(un grand + un petit engrenage) (100€)

roulement (100€)
bâti en bois ou en pvc pour soutenir la maquette (15€)
petit poids (100€)
colliers de serrage afin de maintenir un tuyau entre les barres de notre produit et de l'équipement sportif de façon à transférer le mouvement de translation de l'équipement à notre produit (100€)


bielle manivelle (~30€)
batterie rechargeable 7 fusibles (2€<x<10€)
disjoncteur (5€<x<15€)
convertisseur (35€<x<90€)
prise (3€)

multimètre (10€<x<20€)
chargeur batterie (20€<x<30€)
batterie rechargeable (20€<x<90€)

7A/h (24€)
17A/h (36€)
20A/h (50€)
60A/h (83€)

multimètre (10€<x<20€)

Dynamo (25€<x<600€)

transformateur [[5]]

Prix maquette :


Entre 200€ et 1000€ avec une médiane à 250€ environ

Investissements incorporels
  • locaux
  • personnel (employés)
  • autre

Associatif

/

Besoin en fonds de roulement
  • constitution du stock
  • loyer
  • assurances
  • publicité

Association
Maintenance des outillages

Plus de 4000€

Total besoins

Plus de 5000€

Capitaux propres
  • apport personnel
    • apport en nature
    • apport en numérique
  • apport des associés

/

/

Emprunts

/

/

Aide, prime, subvention

Aide de l'école, des associations et des adhérents, de l'université

870€

Ventes estimées

1 tonne de légumes par an

1200€

Total ressources

2070€


Le marché

La stratégie commerciale et la communication

Les moyens (équipe, matériel, prestataires et fournisseurs)

Puis vous résumez l'ensemble : Notre Business Model Canvas

Supports de communication

Notre présentation

Le support de communication propre au groupe est notre site commercial : Ici, vous retrouverez diverses informations telles que la présentation du concept, les points forts de la démarche Ecofitness ainsi qu’une présentation de nos chefs équipes. Vous pourrez aussi facilement y avoir accès à un formulaire de contact afin d’obtenir des réponses aux potentiels questionnements et demandes de devis.


Ensuite, pour nous faire connaitre auprès de nos clients nous avons miser sur divers outils de communication.


Notre principal outil : les réseaux sociaux. Simples d’usage, pratiques mais surtout gratuits, les réseaux sociaux constituent un outil de communication clé pour le développement de notre groupe.

Nous sommes présents sur la majorité des réseaux avec nos profils et pages LinkedIn, Facebook, Instagram et Twitter. Nous nous servons de ces outils de communication pour promouvoir notre concept auprès de nos clients particuliers ou entreprises certes mais aussi auprès des clients de ces entreprises que sont entre autres les salles de sport. Nous nous expliquons : l’objectif de notre publicité est d’accroitre notre notoriété auprès de nos clients particuliers et professionnels afin de vendre notre produit. Or, elle est aussi et avant tout destinée aux sportifs afin de susciter leur curiosité et ainsi les inciter à se rendre dans une salle de sport cliente d’Ecofitness ou en équipant leur propre matériel de notre appareil.

Cette stratégie de communication permet de développer l’image de notre entreprise en partageant nos valeurs et d’inciter au passage à l’action, à la consommation de la part des sportifs. Grâce à cela, nous pouvons garantir le succès du concept en accompagnant nos clients dans leur évolution lorsque cela est possible en faisant parler d’eux et de leur démarche.

Pour illustrer ces dires, nous pouvons citer notre association avec divers influenceurs sportifs afin qu’ils promeuvent l’Ecofitness auprès de leur communauté. L’intérêt est ici d’inviter leurs abonnés généralement adeptes des salles de sport à soutenir le principe de l’Ecofitness en se dépensant dans les salles équipées ou en équipant leur propre matériel.

Convaincre nos cibles des avantages économiques et écologiques de notre concept permettrait ainsi d’obtenir une généralisation de la volonté de s’investir dans la démarche de l’Ecofitness et ainsi accroitre la quantité de clients potentiels.


Les réseaux sociaux sont certes utilisés pour toucher la majorité de la population ciblée mais de nombreux clients et sportifs restent encore à être informés. Pour cette raison, notre équipe de communication s’engage à la publication d’articles dans les journaux locaux et nationaux. Cela permet de faire notre promotion en leur présentant l’exemple d’un client particulier ou professionnel, de leur région pour les journaux locaux, auquel nos cibles pourraient s’identifier.


Enfin, notre équipe commerciale réalise des opérations de démarchages auprès des clients « professionnels » tels que les salles de sport indépendantes mais aussi les organismes en possédant : Écoles, Hôpitaux, centres de rééducations et de remise en forme…

Compte rendu de votre rencontre avec le référent-école

Notre Compte-rendu

Dossier compétence

Notre retour d'expérience

Sources sur lesquelles notre projet s'est appuyé

Liens avec les noms des pièces et les références

Parties sur le schéma :

Partie hors schéma pour recharger la batterie

Partie hors schéma pour connecter les appareils à la batterie

Bibliographie

Média:Exemple.ogg

Sitographie

Réseau électrique européen synchrone
Engins sportifs auto-alimentés
Concurrence
Etude de marché